J12 : la solitude des plages de sable noir

Carnet De Voyage en Islande
13 août 2016

Parcours : Vik - Reykjavik
Distance : 180 km

La brume embrasse Vik dès le petit matin, isolant sa plage de sable noir des hauteurs verdoyantes, la plongeant dans les limbes où errent les vaisseaux fantômes.

Il n’y a là que le rouleau régulier des vagues, qui vient vous lécher les pieds, qui se brise et s’apaise, qui hypnotise tant il est régulier et en même temps différent à chaque fois.

Il y a peu de monde sur plage, et chacun semble être à sa place ici, respectant le lieu, venant y puiser la vivification qu’il apporte.

Vik, le matin.
Vik, le matin.

Plus à l’Est, le sable noir (c’est plus des très petits galets d’ailleurs) est toujours à l’honneur, et les plages s’enchaînent. Pitons rocheux émergeant de la mer, orgues basaltiques, nichées d’oiseaux, toutes ont leurs spécificités. Les touristes sont aussi bien plus nombreux que sur la plage de Vik, il y a foule à se marcher dessus par endroits.
Pâtés de sables, version volcanique.
Pâtés de sables, version volcanique.

Sur l’une d’elle se trouve la carlingue d’un avion, qui a atterri en catastrophe sur une rivière glacée proche, un jour de novembre 1973. Il s’agit d’un DC3 de l’armée américaine, qui a largement été démantelé depuis.

Malgré la distance de la route (compter une bonne grosse demi-heure de marche à pied pour l’aller, autant pour le retour), nombre de touristes viennent tour à tour se pavaner devant la carcasse ou grimper sur son sommet. La mise en scène prévaut sur la jouissance de l’instant présent ou sur le respect des lieux (qui reste un accident quand bien même il ne fit pas de victime).

Il ne reste plus grand chose après 43 ans.
Il ne reste plus grand chose après 43 ans.

Et une dernière cascade pour la route ! Skógafoss. Si les autres que j’ai pu voir sont toutes vendues comme les plus puissantes, les plus hautes, les plus longues, et je ne sais quoi encore, celle-ci n’a rien de tout cela. Et pourtant, je la trouve particulièrement impressionnante, car l’eau arrive en haut pratiquement sans vitesse horizontale, et elle ne fait que tomber, elle n’est pas projetée. Elle tombe c’est tout, lentement, c’est un rideau d’eau.

Et c’est la même rengaine ici, on ne vient plus admirer une curiosité naturelle, on vient se mettre en scène, devant.

Les rideaux, façon islandaise.
Les rideaux, façon islandaise.

Juste à côté se trouve le musée de Skógar. C’est un ensemble de plusieurs bâtiments disparates, où se mélangent beaucoup de pièces présentées. Historique de la radio, des télécommunications, et des transports. Vie maritime en Islande. Reconstitution d’une ferme, d’une école et d’une habitation du début du XXème siècle (reconstruite avec les matériaux d’origine, du bois flotté ou récupéré sur les nombreuses épaves).

La ferme est ici aussi enterrée dans la tourbe et séparée en plusieurs petites cases, d’un côté la cuisine pour parer aux incendies, de l’autre les couchages, et ailleurs encore le stockage et l’atelier.

Le reste est un peu fourre-tout, mais permet de découvrir la vie des islandais du XVIII-XIXème siècle dans l’isolement de leur île, où chacun construisait ses propres outils.

Ils n'avaient peut-être pas le confort, mais ils avaient le charme.
Ils n’avaient peut-être pas le confort, mais ils avaient le charme.

Mouton du jour :

Je l’ai trouvé en train d’errer devant un cimetière.
Je l’ai trouvé en train d’errer devant un cimetière.

41 photos auprès duquel vous ne pouvez pas passer car il s’agit des dernières du voyage.