J1 : Monte Stello

La Corse Puis Le Belem
9 septembre 2018

Parcours : Bastia - Bastia
Distance : 40 km

Je passe la nuit dans la chaleur moite d’une auberge de Bastia, bercé par le ronronnement du ventilateur au plafond. Dehors, les petites rues et les escaliers se croisent et se recoupent dans un dédale de couleurs italiennes, ocre et tomate. Les persiennes bleues sont ouvertes à demie, et le linge est étendu entre les balcons dans le silence du matin.
Chaque bâtisse essaye de s’élever au-dessus des autres pour avoir une fenêtre sur le vieux port. Nombreuses sont celles qui nécessiteraient un petit rafraîchissement de la façade.

Le vieux port de Bastia Le vieux port de Bastia

Objectif du jour, le monte Stello, plus haut sommet du Cap Corse avec ses 1307 mètres. Bon en fait ce n’est que le second plus haut, mais à 15 mètres près on va faire comme si, d’autant qu’il y a des guides qui se trompent aussi.
Le mois de septembre laissait présager des températures clémentes, il n’en est rien. Le soleil est déjà bien haut et tape sans laisser aucun répit, aidé par la végétation. En effet aucun arbre en vue dans cette garrigue, et à part quelques rares bouts de sentier tellement encaissés que la végétation les recouvre presque, il n’y a nul moyen d’échapper à sa majesté l’astre solaire.

Si bien que rapidement la sueur commence à perler, puis tombe à grosses gouttes. La faim et la soif pointent leur nez, alors dans l’attente d’un coin d’ombre pour les assouvir, on les fait patienter en se projetant une panoplie d’images mentales de plats copieux et succulents qu’on pourra manger aussitôt revenu en terrain civilisé. Et cela fonctionne plutôt bien, le pouvoir de l’imagination est tel qu’il permet, pendant un temps, de calmer les ressentis du corps par des projections de l’esprit.

Hélas, sans plus aucun arbre à l’horizon, avec le soleil au zénith, on finit par se demander si le concept même d’ombre n’est pas qu’un vaste mythe transmis de génération en génération pour que l’humanité garde un espoir dans ce monde brûlant qui est le nôtre. Et on s’effondre alors en plein soleil sur la roche brûlante, et fébrilement on attrape d’une main sa gourde d’eau chaude et de l’autre un morceau de figatellu, pour au moins mourir dignement le ventre plein.

La pente est assez sèche, il y a pas moins de 1000 mètres de dénivelé positif. Et 1000 mètres de dénivelé négatif.
Je hais les montagnes. Pourquoi a-t-on inventé les montagnes ? Qui a eu l’esprit assez tordu pour imaginer cela ? Je veux dire, c’est dangereux. Des gens pourraient y aller. Des gens pourraient aller marcher là-bas. C’est totalement inconscient !

L'Île d'Elbe L'Île d'Elbe

Heureusement la vue quand on se retourne est parfaitement dégagée, portant jusqu’à l’Île d’Elbe, qui se trouve à environ une cinquantaine de kilomètres à l’est de la côte corse. Les cargos qui passent entre les deux îles, par un jeu de nuages et de perspectives, semblent flotter dans un océan de brume.

En se rapprochant du sommet, la végétation porte encore les traces d’un incendie relativement récent. Au vue du niveau de sécheresse du coin cela est aisément compréhensible, tout comme le sont les restrictions et les mesures de sécurité très présentes pour les prévenir.

Fort risque d'incendie Fort risque d'incendie

Au pied du dernier col avant le sommet se trouvent les restes d’une bergerie, qui offre quelques instants d’ombre. La fatigue aidant, les quelques instants se transforment rapidement en un petit somme. Délicieux.
Lorsqu’enfin le sommet se rapproche, les jambes deviennent légères à nouveau, portées par le but qui nous obsède depuis plusieurs heures.

Panorama
(déplacez horizontallement pour tout voir)

La vue d'en haut

La vue d'en haut

De retour à Bastia la nuit tombe vite, et en flânant je tombe par hasard et par bonheur sur un bar à pâtes fraîches qui propose de choisir le type de pâtes et le type de sauce que l’on souhaite. Que demander de plus pour finir cette journée. Si vous passez dans le coin c’est ici : A loghja. Je vous recommande chaudement, pâtes et desserts.

Photos
(cliquez pour agrandir)